Troubles du sommeil

Le cycle du sommeil

Pendant que nous dormons, nous passons par différentes phases de sommeil qui se succèdent suivant un schéma répétitif pendant 4 à 6 cycles tout au long de la nuit. Chaque cycle dure environ 90-120 minutes.

Les troubles du sommeil provoquent des interruptions du cycle de sommeil et empêchent le patient d’entrer en phase 3 de sommeil, ce qui entraîne un manque de sommeil réparateur et un risque accru de maladies et d’accidents en raison de l’augmentation de la somnolence.

L’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est le trouble respiratoire le plus fréquent pendant le sommeil. D’après l’étude récente intitulée «Le syndrome d’apnées du sommeil en France : un syndrome fréquent et sous-diagnostiqué» réalisée par Claire Fuhrman et al., Institut de veille sanitaire, «La prévalence du syndrome d’apnée obstructive du sommeil dans la population française est de 4.9%, c’est-à-dire à peu près de 3 millions de personnes.»

Il s’agit d’une maladie respiratoire dont les personnes qui en souffrent sont des ronfleurs habituels et ont des pauses respiratoires de durée variable ; celles dont la durée est supérieure à 10 secondes revêtent une plus grande importance du point de vue médical.

Il existe trois degrés de gravité de l’apnée du sommeil d’après l’index d’apnée-hypopnée (IAH) :

« 3-6 % des hommes et 2-5 % des femmes souffrent d’apnée grave du sommeil »

Durán et al, REV. MED. CLIN. CONDES 2013

SAHS positionnel

Le syndrome d’apnées hypopnées du sommeil est un problème de santé publique mondiale.

« On estime que chez 56 % des patients atteints, le SAHS est de type positionnel. »

Oksenberg Chest 1997.
Richard Eur Arch Otorhinolaryngol 2006

Facteurs

Certains facteurs peuvent augmenter le risque d’apnée du sommeil :

  • Excès de poids. Les dépôts de graisse autour des voies aériennes supérieures obstruent la respiration.
  • Périmètre du cou. Une circonférence de cou supérieure à 43 centimètres est associée à un risque accru d'apnée obstructive du sommeil.
  • Hypertension.
  • Voie respiratoire étroite en raison d’une gorge étroite ou de grandes amygdales ou végétations.
  • Mâchoire inférieure plus courte que la mâchoire supérieure.
  • Le fait d’être un homme. Les hommes sont deux fois plus susceptibles de souffrir d'apnée du sommeil.
  • Le fait d’être âgé. L'apnée du sommeil est deux à trois fois plus fréquente chez les adultes de plus de 65 ans.
  • Antécédents familiaux.
  • Consommation d'alcool, de sédatifs ou de tranquillisants, car ils détendent les muscles de la gorge.
  • Le fait d’être fumeur.

Symptômes et conséquences

Les symptômes suivants peuvent indiquer qu’une personne souffre d’apnée du sommeil :

  • Somnolence diurne
  • Fatigue chronique
  • Mal de tête
  • Irritabilité
  • Dépression
  • Aggravation de l'hypertension artérielle
  • Difficulté de concentration
  • Perte de mémoire

Face à un trouble aussi fréquent que celui-ci, plus de la moitié des patients devraient suivre un traitement. Cependant, seulement 10 % des patients sont diagnostiqués et reçoivent un traitement spécifique adapté. Cela est particulièrement significatif si l’on tient compte de l’importance clinique et sociale de ce problème de santé, ainsi que sa prééminence croissante. L’apnée du sommeil doit être considérée comme une maladie aussi importante que l’hypertension artérielle ou le diabète, car elle touche un très grand nombre de personnes et elle entraîne d’importantes conséquences au niveau cardiovasculaire : (Durán et al. Arch Bronconeumol 2004)

  • Hypertension artérielle
  • Hypertension pulmonaire
  • Infarctus cérébral
  • Insuffisance cardiaque
  • Arythmies cardiaques
  • Infarctus du myocarde
  • Mort subite

Ronflement positionnel

Ronfler n’est pas un problème de santé, et une personne qui ronfle ne doit pas nécessairement consulter un médecin. Le ronflement par intermittence peut être un symptôme de l'apnée du sommeil. C’est dans ce cas qu’il convient de consulter un médecin.

« 50-75 % des hommes âgés de 40-70 ans qui ronflent souffrent de SAHS »

Pascual Domènech M et al. FMC, 2007

Les études actuelles en médecine du sommeil confirment que la position pendant le sommeil a une influence sur l'intensité du ronflement ou l’indice d'apnée. En position dorsale, le poids du corps provoque un déplacement de la mâchoire et de la langue, de sorte que les voies respiratoires sont obstruées, ce qui provoque le ronflement et/ou l’apnée.

« 35 % de la population adulte ronfle, et 75 % des ronfleurs simples sont atteints de ronflement positionnel »

Nakano sleep 2003

La thérapie positionnelle

La PPC est la thérapie la plus utilisée pour l’apnée obstructive du sommeil. Cette machine augmente la pression de l’air dans la gorge au moyen d’un masque, pour que les voies respiratoires ne se bloquent pas lorsque vous inspirez. D’autres techniques sont utilisées pour traiter le SAHS, par exemple une balle de tennis fixée dans le dos ou des oreillers posturaux. Toutefois, dans de nombreux cas, ces thérapies posturales passives sont gênantes et inconfortables, et présentent un taux de rejet très élevé. Les dernières avancées en matière de traitement du SAHS positionnel et des ronflements nous amènent à Somnibel, la première thérapie positionnelle active brevetée, qui constitue une alternative ou un complément à la PPC, en fonction de la gravité du syndrome ; il s’agit d’une thérapie idéale pour les patients qui souffrent d’apnée positionnelle de légère à modérée.

« La thérapie positionnelle et la PPC donnent des résultats similaires dans le traitement des patients atteints de SAHS positionnel. »

Jokic, Chest, 1999

Somnibel est un système de thérapie positionnelle aux résultats cliniques prouvés, qui respecte la majorité des recommandations des sociétés de médecine du sommeil nationales et internationales.

« De nombreuses études cliniques confirment l’efficacité de la thérapie positionnelle active »

Voir les références
Somnibel, votre solution pour les apnées et ronflements positionnels Voir la solution Somnibel Pro