Suis-je atteint d’apnée du sommeil ?

Lorsque nous dormons, tous les muscles du corps se relâchent davantage. Normalement, la gorge reste suffisamment ouverte pour permettre le passage de l’air, mais parfois, les muscles de la partie supérieure de la gorge se relâchent lorsque nous dormons, et les tissus se ferment, entraînant le blocage des voies respiratoires. C'est ce que l’on appelle le syndrome d'apnées-hypopnées du sommeil (SAHS), une pathologie respiratoire qui provoque chez les personnes qui en souffrent des ronflements habituels et des pauses respiratoires dont la durée peut être variable. Celles dont la durée est supérieure à 10 secondes sont plus importantes du point de vue médical. En conséquence, nous ne nous reposons pas bien pendant les heures de sommeil.

«La prévalence du syndrome d’apnée obstructive du sommeil dans la population française est de 4.9%, c’est-à-dire à peu près de 3 millions de personnes.»

Le syndrome d’apnées du sommeil en France : un syndrome fréquent et sous-diagnostiqué , Claire Fuhrman et al., Institut de veille sanitaire.

« On estime que chez 56 % des patients atteints, le SAHS est de type positionnel. »

Oksenberg Chest 1997.
Richard Eur Arch Otorhinolaryngol 2006

« Le SAHS positionnel se définit lorsque l’indice d’apnées en position dorsale est au moins le double de celui existant dans toute autre position. Dans ces cas, il est nécessaire d’avoir recours à la thérapie positionnelle. »

Symptômes et conséquences

La plupart des personnes ne savent pas qu’elles souffrent d’apnées, parce que cela se produit pendant le sommeil. De fait, la première personne qui remarque les signes de l’apnée du sommeil est généralement notre partenaire. C’est pourquoi la collaboration de la personne avec laquelle nous dormons est très importante pour la détecter.

Les symptômes suivants peuvent indiquer que vous êtes atteints d'apnée du sommeil, par conséquent, si vous souffrez de l’un d’entre eux, il est conseillé de consulter votre médecin :

  • Somnolence diurne
  • Fatigue chronique
  • Mal de tête
  • Irritabilité
  • Dépression
  • Aggravation de l'hypertension artérielle
  • Comportement hyperactif chez les enfants
  • Difficulté de concentration
  • Perte de mémoire

Voici quelques-unes des conséquences de l'apnée du sommeil :

  • Hypertension artérielle
  • Hypertension pulmonaire
  • Infarctus cérébral
  • Insuffisance cardiaque
  • Arythmies cardiaques
  • Infarctus du myocarde
  • Mort subite

Facteurs

Certains facteurs peuvent augmenter le risque d’apnée du sommeil :

  • Excès de poids
  • Hypertension
  • Être un homme
  • Être âgé de plus de 65 ans
  • Consommation d'alcool
  • Être fumeur

Pourquoi suis-je atteint d’apnée du sommeil ?

L’échelle de Stop Bang vous aidera à savoir si vous faites partie de la population présentant un risque de souffrir d’apnée du sommeil. Réalisez le test :

Je fais le test !

Pourquoi je ronfle ?

Lorsque nous dormons, tous les muscles du cou se relâchent. Parfois, ils se relâchent tellement que le nez et la gorge se ferment partiellement, jusqu’à se resserrer tellement qu’ils rendent difficile le passage de l’air dans les poumons. Il existe également des raisons temporaires, telles que l’inflammation des amygdales ou l'excès de poids autour du cou, ou des raisons structurelles, telles que la forme du nez ou de la mâchoire. Ce rétrécissement des voies respiratoires provoque une vibration dans la gorge, ce qui cause le son du ronflement.

Le ronflement perturbe non seulement la qualité de votre sommeil, mais également le sommeil de votre partenaire, et peut entraîner des insomnies, des maux de tête le matin ou du sommeil pendant la journée, en raison d'un mauvais repos pendant la nuit.

« 35 % de la population adulte ronfle, et 75 % des ronfleurs simples sont atteints de ronflement positionnel »

Nakano sleep 2003

Les études actuelles en médecine du sommeil confirment que la position dorsale a une influence sur l’intensité des ronflements ou sur l’indice d’apnée, et les ronfleurs positionnels sont ceux qui ronflent lorsqu’ils dorment en position dorsale.

« 50-75 % des hommes âgés de 40-70 ans qui ronflent souffrent de SAHS »

Pascual Domènech M et al. FMC, 2007

Ronfler n’est pas un problème de santé, et une personne qui ronfle ne doit pas nécessairement consulter un médecin. Néanmoins, le ronflement par intermittence peut être un symptôme de l'apnée du sommeil. C’est dans ce cas qu’il convient de consulter un médecin.

Thérapie positionnelle

La PPC est la thérapie la plus utilisée pour l’apnée obstructive du sommeil. Il s’agit d’une machine qui augmente la pression de l’air dans la gorge au moyen d’un masque, pour que les voies respiratoires ne se bloquent pas lorsque vous inspirez. Malgré sa grande efficacité, elle présente de nombreux effets secondaires et nécessite une période d’adaptation.

Il existe également les thérapies positionnelles, basées sur des techniques passives, telles que l’utilisation d'une balle de tennis fixée dans le dos ou des oreillers posturaux. Toutefois, cela peut être gênant et inconfortable.

Les dernières avancées en matière de traitement du SAHS et des ronflements nous amènent à Somnibel, la première thérapie positionnelle active brevetée, qui constitue une alternative ou un complément à la PPC, en fonction de la gravité du syndrome ; il s’agit d’une thérapie idéale pour les patients qui souffrent d’apnée positionnelle de légère à modérée.

« La thérapie positionnelle et la PPC donnent des résultats similaires dans le traitement des patients atteints de SAHS positionnel. »

Jokic, Chest, 1999

« De nombreuses études cliniques confirment l’efficacité de la thérapie positionnelle active ».

Voir les références
Somnibel, votre solution pour les apnées et ronflements positionnels. Voir thérapie Somnibel

© SIBEL, S.A.U. C/ Rosellón, 500 bajos 08026 Barcelona (Spain) | Politique de confidentialité | Politique de confidentialité dans les réseaux sociaux | Legal warning | Politique de cookies |